fbpx
changer d'alimentation

Changement d’alimentation 2+1 stratégies pour réussir ta transition alimentaire

Vous êtes super motivé.e à changer d'alimentation pour vous sentir mieux, mais...

Rien de plus difficile, frustrant et décourageant que de vouloir changer d’alimentation ou d’être en train de le faire, et d’être convié.e chez des amis ou au resto et ne pas « pouvoir » manger ce qui vous convient. J’entends par là :

  • poursuivre vos nouvelles habitudes alimentaires « healthy », ou les préconisations du programme que vous suivez,

  • manger ce que vous avez envie de manger (plus léger, plus digeste, moins transformé…),

  • tenir compte de vos intolérances alimentaires ou ce qui vous fait réagir  #jaimalauventre #éruptioncutanée #allergie #symptômes.

Bref, vous allez devoir faire l’impasse, faire un « écart » car vous ne trouverez peut-être pas votre bonheur.

Dans un précédent article publié sur le blog, je vous donnais des clés concrètes pour « survivre » à un repas trop riche, trop copieux ou qui ne vous convient pas (c’est ce dernier point que j’aimerais développer).

Gérer la transition...

J’ai moi-même vécu cette situation à plusieurs reprises lors de ma transition alimentaire pour retrouver la santé.

– Une raclette ? Je réagis au lactose…

– Une soirée pizza ? Je suis intolérante au gluten.

– De bonnes pâtes carbo’ ?.. Même problème x2 !

– Alors, un p’tit plateau de fromage avec du bon pain de campagne, tu adores ça ? Oui… j’adore ça, MAIS voilà je viens de constater que je réagis fort à ces produits.

Quelles "stratégies" adopter ?

Stratégie n°1 : y aller quand même et être malade et garder les traces de ces désagréments pendant plusieurs jours, voire semaines (oui, oui… je confirme). Au delà du vilain gros bouton qui vous rappelle votre “craquage” alimentaire, je pense aussi aux désagréments émotionnels dont on parle trop peu (le gluten par exemple, en plus des désagréments digestifs, impacte directement l’humeur, génère du brouillard mental, de la confusion…).

Ne sachant pas comment « m’en sortir » et gérer les désagréments après ce genre de repas, je me suis souvent isolée en refusant les invitations… Moi qui aime tant manger et tant partager !

Stratégie n°2 : apprendre à se connaitre, se renforcer, expliquer votre démarche et vos intolérances, prendre un peu d’argile en rentrant et profiter du moment chaleureux et convivial avec vos amis !

Ce n’est pas être fort.e que de tenir à l’écart tout ce qui nous nuit pour ne pas y réagir (ça marche aussi avec les gens ! A une époque, je me sentais tellement sensible et tellement réactive face aux autres, que je me suis isolée pour ne plus avoir d’interactions. Une chose est sûre, je n’avais plus de problème avec personne ! En revanche, ce n’est pas de cette façon que j’ai réglé mes soucis relationnels).

L’ultime stratégie : travailler votre terrain pour vous renforcer, vous régénérer, pour que votre organisme soit en mesure de gérer lorsque vous serez exposé.e à ce qui vous fait réagir (aliment, situation de vie, évènement, etc).

Car la vraie force ne réside-t-elle pas dans le fait de pouvoir s’exposer à ce qui nous nuit et d’être capable d’y faire face ?

Tenez-bon !

Autant que possible, maintenez vos habitudes alimentaires au quotidien #alimentationsaine, qui vous font du bien. Vous allez sentir les bienfaits rapidement…

Et acceptez les sollicitations, les repas partagés, les sorties, autorisez-vous à manger d’autres choses, si cela reste à la marge et nourrissez-vous du plaisir que vous avez à partager votre repas, dans tel cadre, avec telles personnes, etc.

La nourriture est un vecteur de lien, un autre pilier de la santé, alors ne nous coupons pas ! Même s’il reste important de connaitre quel carburant est favorable à notre organisme. Vous ferez ainsi des choix en conscience.

Rappelez-vous que nous sommes fait pour fonctionner de manière optimale et que le corps sait gérer, sait faire le tri et évacuer ce qui ne lui convient pas ponctuellement… quand on lui en laisse les moyens et que cela ne devient pas permanent.

Pour tout vous dire, c’est même de cette façon-là que l’organisme se renforce. Cela répond à une loi du vivant dont je parle souvent : la loi de l’#hormèse, loi du renforcement par excellence.

Alors ? Prêt.e à faire un pas de plus pour votre santé ?

Pascale Perez
Coach en santé globale & somatothérapeute

www.pascaleperez.life

Suivez-moi sur les réseaux sociaux !

PS : Si vous avez besoin d’aide dans votre démarche de mieux-être, dans votre transition alimentaire, pour renforcer votre organisme, ou gagner en vitalité pour devenir plus fort.e, faites un tour sur le site www.pascaleperez.life et voyez comment je peux vous aider grâce au coaching en santé globale.

#santéglobale
#coachingsanté
#épuisement 
#vitalité
#healthyfood
#healthylife
#transitionalimentaire
#questcequonmange
#cuisinevitalité

Partager :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
A la une

Articles précédents

Le lien, l’ingrédient bon pour la santé et vos projets

C’est le « truc » qui propulse ou plombe dans la vie… mais aussi au niveau de votre santé. Il est reconnu que c’est un élément décisif lors d’une convalescence pour l’espérance de vie pour votre humeur pour l’état du système nerveux, de l’anxiété, pour réguler le stress… pour votre bon développement Mais aussi pour : la

Récupérer ou gagner en vitalité n’est pas indispensable seulement quand vous êtes fatigués. Et comment recharger vos batteries ?

Nous avons tous besoin de refaire le plein de vitalité, d’énergie dans notre vie, même si… Même si vous n’êtes pas maladeMême si vous n’êtes pas fatigué•e 24/24hMême si vous aimez ce que vous faitesMême si vous vivez dans votre environnement de rêveMême si vous mangez « healthy »Même si vous êtes bien entouré•e. Pourtant je défends

Doit-on réduire notre état de santé à ce que l’on mange ?​

Je mange bien pourtant je ne suis pas en bonne santé. Voilà ce que j’entends souvent… On connait tous quelqu’un qui mange hyper sainement est qui POURTANT n’est pas en bonne santé, est toujours fatigué, a des problèmes de poids QUAND MÊME, ne semble pas épanoui… Comme si l’argument de l’alimentation comme vecteur de santé

Retour en haut