fbpx

La place de l’alimentation dans mon mode de vie

Comme je le dis souvent, ce que je propose dans l’accompagnement vers une santé globale ne se réduit pas à un régime, c’est un mode de vie.

Trop de courants axent tout sur un seul élément. Se sentir bien, notre santé, résulte d’un tout !

J’aborde la plupart du temps mes articles sur l’état d’esprit qui favorise la santé et le bien-être, pour ne pas réduire mon approche à une réforme alimentaire. Cependant elle en passe par là !

Baser notre bien-être uniquement sur l’alimentation, c’est manquer la cible.
Ne pas tenir compte de l’alimentation, c’est manquer la cible tout autant et peut être catastrophique !

L’alimentation est un des piliers de la santé. A ce titre il est essentiel de s’y intéresser.

Qu’est-ce qui convient à mon organisme ?
Quel carburant lui est-il nécessaire ?
Qu’est-ce qui me convient à moi, en fonction de là où j’en suis ?
Qu’est-ce qui est « bon » ou « mauvais » ?
Comment faire le tri dans la multitude d’informations sur la « diététique », comme on la présente aujourd’hui (on intellectualise de plus en plus la façon de manger…) ?

Face à toutes ces interrogations, qui parfois peuvent nous faire perdre l’un des bienfaits de la nourriture : le plaisirEt pour cesser de « réfléchir » à chaque fois que nous mangeons quelque chose, il est important de connaitre les principes généraux et d’établir notre propre règle.

Dans cet article, je vous partage l’un des grands principes sur l’alimentation qui me semble important de rappeler. « Rappeler », car si vous vous intéressez un tant soit peu à tous les courants de bien-être #healthylife, vous entendez régulièrement ce message : Mangez Bio, Local et de Saison !

A vous ensuite de choisir les fruits et légumes qui vous conviennent.

Pourquoi le Bio ?

La culture de fruits et légumes sur des sols vivants, donnera davantage de micro-nutriments en quantité et qualité à ceux-ci, tout comme l’absence de traitements sur les plantes réduira la perte en contenu micro-nutritionnel (vitamines, minéraux, oligo éléments).
Par ailleurs, consommer des pesticides, fongicides, nuit directement à notre système digestif (siège de notre immunité) en tuant littéralement les « bonnes » bactéries régissant le bon fonctionnement de celui-ci (rappelons-nous : nous sommes avant tout bactériens !). De plus, nos organismes ne sachant que faire de ces produits non comestibles, les stockera…dans ses tissus.

Pourquoi privilégier les produits locaux ?

Pour les mêmes raisons de concentration en micro-nutriments ! Un aliment qui vient de loin, sera cueilli trop tôt, avant maturité, par conséquent cet aliment n’aura pas développé toutes ces qualités nutritives.
Un aliment qui aura voyagé, sera moins frais et aura également perdu des micro-nutriments en route (si précieux au bon fonctionnement de notre organisme) …
Et oui, une autre raison valable et de bon sens : la dépense énergétique et l’impact écologique. Pourquoi faire venir des carottes d’Europe, avec tout ce que cela implique, quand le producteur du coin en produit ?!

Pourquoi consommer des produits de saison ?

La première raison est à nouveau le bon sens me direz-vous… C’est pas faux ! Mangeons ce que la nature nous offre, au moment où elle nous l’offre ! Personnellement, je n’ai pas envie de manger de pastèque en hiver. L’instinct, me répondrez-vous !
La raison à cela est que la nature et les saisons nous donnent ce dont nous avons besoin au moment où nous en avons besoin, dans les proportions exactes de ce dont nous avons besoin (calcium, vitamines, minéraux…).
La pastèque répond à l’été ; l’artichaut aux inter-saisons et notre besoin de nettoyer le foie à ce moment-là, par exemple.

 

Alors, faisons simple, voulez-vous ? Allégeons-nous l’esprit en consommant ce qui nous est proposé par les saisons, et arrêtons de nous demander ce qui nous ferait du bien dans nos assiettes. La nature nous répond !

Suivez-moi sur les réseaux sociaux !

 

#alimentation #healthyfood #lifestyle #biolocaldesaison #consommer #fairedeschoixconscients #nourriture #santénaturelle #versunesantéglobale #hygiènedevie #réformealimentaire

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn
A la une

Articles précédents

Trouver sa propre ressource, par la somatothérapie et la santé globale

L’accompagnement dans la peau… Ce qui m’anime profondément depuis toutes ces nombreuses années est d’AIDER. D’une manière ou d’une autre, que cela paraisse évident ou pas, que cela soit conscient ou pas.  Que ce soit en entreprise, à mon ancien poste d’assistante de direction comme en cabinet en tant que thérapeute, dans ma vie perso

Newsletter du mois d’août

https://youtu.be/VfHz5Y5PJYg Bonjour ! Voici la nouvelle newsletter, avec une version vidéo si vous préférez m’écouter  ! Quelques soucis techniques à l’enregistrement, m’ont demandé un petit montage maison, et m’ont surtout empêché de vous dire aurevoir à l’écran. J’ai décidé de vous l’envoyer malgré ça… J’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur (je travaille sur mon perfectionnisme

Le bilan : comment allez-vous ?

Le point de départ de mon approche est un bilan : le bilan de « comment nous allons ». Quand on fait objectivement ce point GPS interne, on se rend compte que ça va moyen… Nos organismes sont complètement affaiblis :   • On est sur-sollicités en permanence → Épuisement • On ne mobilise plus nos organismes (sous-utilisation) →

Détox, ou « faire le ménage »

Je parle souvent de « faire le ménage » ou de « sortir les poubelles », lors de la 2ème phase du processus vers une santé globale (>> voir le programme d’accompagnement individuel). Car, en effet, lorsque le corps récupère de l’énergie par une alimentation qui lui correspond, additionné de quelques habitudes mises en place (respiration, repos, pensées positives…), il

Comment notre environnement nous nourrit

Comment notre environnement nous nourrit au delà des aliments que nous mangeons ?   « Les films que nous voyons, les gens que nous côtoyons, les lieux que nous fréquentons affectent notre vitalité en provoquant en nous des états expansifs ou tristes ». Guy Corneau parle des « nourritures subtiles » et de leur impact sur l’organisme. Car oui,

Retour haut de page